Communiqué d’Annika Bruna, député Français au Parlement européen, Groupe Identité et Démocratie (R.N), Membre de la commission du droit des femmes

Ce dimanche, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, annonçait l’abandon de son ministère pour remplacer au pied levé la candidature de Benjamin Griveaux à la mairie de Paris.

Mme Buzyn déclarait pourtant vendredi dernier sur France Inter qu’en raison « d’un agenda trop chargé », elle ne pourrait être candidate à Paris. Cet abandon de poste soudain, en pleine crise sanitaire du coronavirus, en plein débat sur les retraites et après des mois de grève dans nos hôpitaux sans solutions satisfaisantes pour le corps médical est incompréhensible pour les Français.

La crise structurelle de l’hôpital public ayant entrainé la démission de centaines de médecins de leur fonction d’encadrement est pour le Rassemblement National une problématique de première importance.

Il appelle le nouveau ministre et le gouvernement à fixer des objectifs ambitieux en termes de réouvertures de lits, à sortir la santé publique de la logique comptable actuelle et à lui dégager des moyens supplémentaires par le biais d’économies sur la fraude. Rappelons qu’à l’heure actuelle 2,6 millions de cartes vitales « en excédent » circulent en France…pour une fraude estimée à 9 milliards d’euros par an.

Le Rassemblement National note également qu’une fois de plus, pour ceux qui nous gouvernent, l’intérêt de LREM prime sur l’intérêt des français !